aravion
  n.m.
  Néologisme. Il faut se référer à la très bonne note de la Pléiade (IV, p.1245), que nous citons intégralement : 'Peut-être ne faut-il pas voir dans aravion du javanais. En effet, seule la séquence ar pourrait être considérée comme un infixe devenu préfixe. Or, les seuls infixes fréquents, qu'emploie d'ailleurs Céline, sont av et ag. A. Delvau dans son Dictionnaire de la langue verte (1866) signale bien que 'Les voleurs ont aussi leur javanais, qui consiste à donner des terminaisons en ar et en or, en al ou en em, de façon à défigurer les mots, soit français, soit d'argot en les agrandissant', mais ici ar serait préfixe et non suffixe. On pourrait évidemment arguer de l'inventivité de Céline qui ne recule pas devant le néologisme. Toutefois, il semble que l'on puissse y voir un mot-valise, combinant aréo et avion. Aréo est attesté par G. Esnault dans Le Poilu tel qu'il se parle (1919) comme un mot d'usage général de 1914 à 1917 pour désigner les avions.
   'Quand la rage est dans les cieux (fallait entendre les aravavions!)' F1, 44.
   ' 'Des aravions de qui qu'ils sont ?...' ' F1, 148.
   'Il voudrait (...) que les avions crèvent la Butte...' FII, 216.

Dictionnaire Céline. 2014.

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”